élagage suite

Publié le par Biau Jardin de Grannod

Un chêne avait poussé spontanément au milieu du jardin, juste entre les tunnels, il y a une petite vingtaine d'années, profitant de la terre meuble laissée par le chantier d'installation de l'irrigation. Dans le doute, les jardiniers l'avaient laissé vivre sa vie, se disant qu'il serait toujours temps de l'abattre quand on constaterait une gêne aux cultures. Les biaux jardiniers l'ont "formé" à leur façon au fil du temps, mais il était temps de lui redonner un coup de jeune.  C'est donc Benjamin ( lien ) qui s'en est chargé. 

Mais, catastrophe ! il n'avait pas pensé à remettre en place le mobile du pote Yvon. ( lien ). L'autre jour, Benjamin est venu fignoler. Et nous apprécions donc à nouveau la petite musique du pote Yvon :

http://ahp.li/c4b7f86087a4530e983f.jpg

Pour avoir l'air plus à la mode, nous pourrions appeler cela de l'agroforesterie, ou de la permaculture (les communiquants ne sont jamais à court de vocabulaire  : "gouverner, c'est faire croire ").  Pour les biaux jardiniers, c'est tout simplement une des pratiques élémentaires de l'agriculture biologique, un mot que l'actuel ministre de l'agriculture, a réussi à ne pas employer une seule fois lors de son passage de près d'une heure sur France Culture il y a peu. Passage au cours duquel il a tenté d'enfumer l'auditeur en lui faisant croire que "fixer" une diminution de l'utilisation de pesticides de 20 % dans vingt ans, c'est de l'agroécologie, et un gigantesque progrès environnemental alors que la chose qui s'apellait le "Grenelle" de l'environnement avait "fixé" un ojectif 2 fois plus ambitieux à deux fois plus court terme.

Et dans le même temps, les aides au maintien de la bio, ou les aides à la conversion bio, que le ministère a délégué au conseils régionaux sont en cours de suppression à plus ou moins court terme partout. On dit merci qui ?

Et oui, gouverner, c'est faire croire !


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article