semaine de plantations

Publié le par Biau Jardin de Grannod

Depuis quelques jours, le travail a été plutôt intensif.

Il y a une semaine, comme le terrain n'était pas assez réssuyé pour y faire enfin les plantations qui attendaient, nous avons commencé par planter ce qui était prévu sous tunnel : la pépinière de poireaux.

Les poireaux sont d'abord semés en petites mottes de terreau, chez un pépiniériste spécialisé en plants maraîchers ( et ne produisant que des plants bio certifiés ), notre ami Vincent.  Avant d'être mis en place définitivement un par un dans leur carré de culture, ils sont d'abord repiqués "en pépinière" pour y grossir jusqu'à la taille d'un crayon.

Pour ce faire, nous avons commencé par rayonner, de façon à avoir des lignes qui, si elles ne sont pas toujours parfaitement droites, sont toujours parallèles, ce qui facilite grandement le binage mécanique.

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416rayonneur600.jpg

Dans les mottes, au semis, Vincent a recouvert les 3 ou 4 graines de poireau par du sable blanc de façon à augmenter la luminosité et à limiter l'humidité ( donc les risques de maladie). En pépinière, les mottes sont repiquées à forte densité.

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416mottespoireaux600marq.jpg

On peut dire que c'est assez longuet, du genre sur place... position pas trop ergonomique.

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416pepipoireaux600.jpg

 

Comme on était lancés dans les positions pénibles, samedi, nous avons continué par les échalotes, puisque le sol s'y prêtait enfin et les biaux jardiniers, après le petit entrainement dû à la pépinière de poireaux étaient chauds.

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416echa600marq.jpg 

Les amis qui viennent passer un week-end de printemps ensoleillé chez des maraîchers bio savent qu'ils prennent des risques ! Notre vieille amie Nadine, en a une nouvelle fois fait l'expérience...ce qui ne nous a pas empêchés de se lancer ensuite dans la gastronomie et les discussions, évidemment.

Les biaux jardiniers sont passés ensuite à une "nouvelle étape" : le repiquage des mottes d'oignon. Hormis le nom, pas grand chose de nouveau cependant : toujours repiquage, toujours liliacées !

On voit sur cette photo tout le matériel spécifique utilisé pour cette belle activité.

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416oignonchantier600.jpg

Une brouette pour sortir les mottes du tunnel de plants et les amener au fur et à mesure des besoins vers les planches permanentes ( actvité pas du tout désagréable, qui permet de se redresser ! )

des planches paillées ( lutte plus facile contre l'herbe, contre certaines maladies cryptogamiques, séchage plus facile au moment de la récolte ). Sur l'île de Batz aussi, ils paillent l'échalote : la preuve ici !

le rouleau marqueur : il suffit de le pousser en marchant pour marquer en un seul passage trois rangs de trous très régulièrement espacés.

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416oignonmarquage600.jpg

Il suffit d'enlever ou rajouter des picots marqueurs pour changer la distance sur le rang. Un outil "home made" très pratique, mû 100 % en traction "animale" !

Après bien sûr, il "suffit " de se pencher et de planter dans les emplacements percés, c'est pas mal long...

Au total, en peu de jours, cela représente pas mal de milliers de mottes et plants;  pas vraiment étonnant : échalote et oignon participent à garnir les paniers une dizaine de mois. 

 

http://sd-4.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2013/03_04/0416oignoncarre600.jpg

Pas mal de fatigue et d'usure pour les carcasses des biaux jardiniers aussi.

Commenter cet article