semaine de récoltes : lundi mardi

Publié le par Biau Jardin de Grannod

Chez nous, il y a une équation immuable :

vacances scolaires de Toussaint égale semaine intensive de récolte des légumes d'hiver.

Lundi, les cieux étaient avec nous. On s'est occupés des cèleri-raves :

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2011/sept_octo/celeri600marq.jpg

Légende : siège de vacher pour le confort postural du paysan; restes de paillage biodégradable qui seront enfouis pour compostage en sol lors du prochain passage d'outil; prolétaires ruraux coupant les feuilles et racines de cèleri-rave; sacs de céleri attendant d'être fermés et empilés en pallox avant stockage prolongé en chambre froide; bande fleurie pluriannuelle réservoir d'auxiliaires; tube d'arrosage avec asperseur faible débit; bord d'un carré de crucifères avec des cultures peu ou pas sensibles au gel : chou frisé grand vert du Nord, chou milan, chou de Bruxelles; au fond, engrais vert; haie bocagère de feuillus de pays en mélange.

 

et des racines d'endive :

 http://sd-1.archive-host.com/membres/images/83700288762628507/2011/sept_octo/endives600marq.jpg

Légende : passage de l'arracheuse vibrante. Les racines d'endives sont mécaniquement remontées puis posées sur le sol. Les biaux jardinniers vont couper les feuilles, mettre les racines en cagettes (grises) qui permettront de verser plus facilement la récolte dans les pallox de stockage. 

 

En prévision de la pluie qui était annoncée dès la nuit, le biau jardinier a ensuite passé sa souleveuse "made in biau jardin" dans le carré de carottes tant que le sol était assez sec de façon à pouvoir travailler le lendemain sans endommager la structure de la planche permanente.

 

Et mardi sous la pluie, harnachés comme des pêcheurs bretons, nous avons pu "attaquer" les carottes. 3 planches sont en chambre froide.  Et " pour changer " nous avons aussi récolté des navets violets, des radis noirs. Mais carottes et navets ne sont pas encore tous rentrés à l'abri.

L'abondance de terre mouillée, de pluie, de terre sur les habits, les gants, les mains, etc etc... ont incité le chargé de communication à ne pas sortir l'appareil photo !

Commenter cet article