26 avril 1986 ... 25 avril 2009

26 avril 2009, la famille des biaux jardiniers était invitée à la journée-visite chez les producteurs de fromage qui livrent l'amap : les chèvres buissonnières.

Il était bien plus écologique d'amortir le déplacement... Par exemple par un petit détour masqué dans quelques rues du centre de Lyon, hors période de soldes, évidemment,
ce 25 avril 2009 en compagnie de ces personnes qui, 23 années plus tard, n'oublient toujours pas...

photos de Patrik, merci à lui !












Le réacteur nucléaire n° 4 de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, il y a 23 ans. A cette date commença la plus grande catastrophe technologique et industrielle de tous les temps. Tchernobyl n’a pas fini de faire des victimes : ses conséquences inouïes et irréversibles sur la santé (cancers, pathologies multiples, effets mutagènes et tératogènes) affecteront profondément les prochaines générations.


Pour l’indépendance de l’OMS et pour la vérité sur les effets sanitaires des contaminations radioactives.


Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, a estimé que plus de sept millions de personnes avaient été gravement affectées par la catastrophe. Pourtant, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) avance encore le chiffre ridicule de 50 victimes pour protéger les intérêts de l’industrie atomique. Il y a 50 ans, en 1959, l’AIEA et l’OMS (Organisation mondiale de la santé) ont signé un accord qui est la preuve tangible d’une complicité et d’une soumission scandaleuse de l’OMS vis à vis de l’AIEA.


Refusons absolument d’oublier Tchernobyl !


Nous ne pouvons permettre que soit oublié le sacrifice des quelques 800 000 liquidateurs qui ont lutté pour contenir l’ampleur du désastre, et qui, par centaines de milliers (selon les ambassades d’Ukraine et de Russie) l’ont déjà payé de leur santé ou de leur vie, pour nous sauver. 23 ans après, le risque est plus grand que jamais de voir la désinformation et le mensonge masquer les véritables conséquences sanitaires de cet accident. 500 000 enfants en Bélarus souffrent de l’exposition quotidienne à la radioactivité et sont abandonnés encore aujourd’hui à leur sort. Le mensonge et l’oubli, avec des complicités au sommet de divers Etats et institutions internationales, permettent à ce lobby d’envisager la construction de centrales nucléaires dans plusieurs pays à travers le monde.


www.sortirdunucleaire.org/
www.chernobyl-day.org
http://nucleaire-nonmerci.net/manif25_04_09.html
http://nucleaire-nonmerci.net/

Youri Bandajevsky à Lyon mercredi 29 avril

Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait.
Le nombre exact des victimes restera sans doute inconnu, mais leur liste s'allonge de jour en jour : pompiers, équipages d'hélicoptères, mineurs, liquidateurs appelés pour " nettoyer" le site. Et plusieurs milions de personnes vivent encore sur les territoires contaminés où 80% des enfants sont malades.

Un énorme mensonge s'est instauré pour faire croire que ces territoires sont habitables et réduire les soins aux victimes. L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) contrôle l'organisation mondiale de la santé ( OMS) pour dissimuler la ré&alité et permettre à l'armement et l'industrie électronucléaire de continuer, voire se développer.
Le Professeur Youri Bandajevsky, anatomopathologiste, Doyen de l'institut de Médecine de Gomel ( Bélarus) a longiuement étudié les pathologies induites par la catastrophe de Tchernobyl. Il a dénoncé l'inaction de son gouvernement, au prix de 5 années de prison et d'une répression continue. De nombreux acteurs rhône-alpins, individus, associations, collectivités se sont mobilisés pêndant cette prériode pour sauver ce scientifique. Il donne en ce moment une série de conférences en France et en Suisse.

Mercredi 29 avril 2009 à 19 heures à la maison des passages 44 rue Saint Georges 69005 Lyon
projection du film " le sacrifice " de Vladimir Tchertkof ( 20 mn)
Conférence scientifique, débat.

Il fera le bilan des connaissances sur les maladies induites par le rayonnement nucléaire, notamment du fait des faibles doses de Césium 137. Il soulignera le besoin de soins spécifiques pour les popuilations concernées, son engagement pour la reconnaissance du sacrifices des " liquidateurs". Il évoquera l'urgence de nouvelles connaissances et de recherches en un temps où certains soutiernnent une reprise de l'industrie nucléaire, et l'intérêt que Rhône-Alpes, la première région nucléarisée de France soit à la pointe des connaissances en matière de risque nucléaire pour la santé.
Il nous parlera de son projet de centre " écologie et santé "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :